Affinités Gustatives

Article précèdent

Posted in Histoire de Berlin by badoldways on 7 avril 2010

Publicités

Posted in Photos by badoldways on 7 avril 2010

Posted in Photos by badoldways on 7 avril 2010

Posted in Photos by badoldways on 7 avril 2010

(cliquez sur les photos pour agrandir) 

REICHSTAGSKUPPEL

Posted in Histoire de Berlin by badoldways on 6 avril 2010

La coupole du Reichstag est un dôme situé au dessus du parlement. Elle est entièrement faite d’acier et de verre et a été construite par l’architecte anglais Sir Norman Forster lors de la rénovation du Reichstag pour accueillir le Bundestag de l’Allemagne réunifiée.
Surplombant la ville sur 360°, la coupole est le symbole d’une Allemagne nouvelle et d’une démocratie transparente.
En empruntant son escalier à double rampe, on peut aller jusqu’à la plate-forme tout en observant les députés au travail.
La coupole, qui offre une vue panoramique de la Capitale, est très prisée des touristes et des Berlinois : elle est devenue un des nouveaux emblèmes de Berlin.

Céline Bulourde

LE REICHSTAG

Posted in Histoire de Berlin by badoldways on 6 avril 2010

Le Reichstag était l’assemblée parlementaire représentant le peuple allemand dans son ensemble sous l’Empire Allemand, de 1871 à 1918, il avait été crée en 1867 pour la confédération de l’Allemagne du Nord et maintenu lors de la transformation constitutionnelle de 1871, l’Allemagne étant devenue un empire. Il siégeait à Berlin, d’abord au château Royal, puis à partir de 1894 au palais du Reichstag construit spécialement. Le bâtiment du Reichstag que nous voyons aujourd’hui date de 1894 et fut construit par l’architecte Paul Wallot.

C’est du Reichstag que le 9 novembre 1918 Philipp Scheidemann proclama la République.
Le Reichstag fut donc aussi l’assemblée parlementaire représentant le peuple allemand pendant la République de Weimar. Etabli en 1919 par la constitution de Weimar et constitué en juin 1920, il siégeait au palais du Reichstag à Berlin.

A partir de 1933, le Reichstag, sans être formellement aboli, fut rapidement privé de tout pouvoir par l’établissement de la domination nazie, en particulier en application de la loi du 23 mars 1933 qui attribua le pouvoir législatif au gouvernement, signant ainsi l’acte de décès de la République de Weimar. Le Reichstag, dont le siège avait été incendié le 27 février 1933, ne fonctionna plus que comme un corps d’acclamation périodique pour les actions d’Adolf Hitler; sa dernière séance eut lieu en 1942.

La prise du Reichstag le 30 avril 1945 par les soldats de l’armée rouge marque la fin de la guerre à Berlin.
Après 40 ans de division de l’Allemagne, le Reichstag ne retrouvera son rôle plein et entier qu’en 1999 avec la venue à Berlin du gouvernement et des assemblées de l’Allemagne réunifiée.
Aujourd’hui le bâtiment du Reichstag est le siège du Bundestag.

Le 24 juin 1995 « l’emballage » du Reichstag est terminé par Christo et Jeanne-Claude, deux artistes contemporains. Le palais de l’ex-parlement allemand, emballé dans un tissu argenté, créa l’évènement à Berlin. 5 millions de spectateurs se déplacèrent pour éprouver cette drôle d’impression que beaucoup qualifièrent de « magique », comme si une Allemagne nouvelle venait de naître à l’endroit même où en 1933 la démocratie avait péri dans les flammes.

Alexandre Lastennet

Cinq films cultes ayant Berlin pour cadre

Posted in Histoire de Berlin by badoldways on 6 avril 2010

Sonnenallee de Leander Haussmann 1999

Ce film entraînant, joyeux et comique, dont l’action se déroule à Berlin-Est dans les années 70, relate l’histoire de Micha, un jeune homme maladroit de 17 ans portant des pantalons pattes d’éléphant qui habite une rue située le long du mur, la Sonnenallee. Micha passe le plus clair de son temps à rêver de devenir une popstar, de faire la fête et d’attirer l’attention de la plus belle fille de sa classe…

Wir Kinder vom Bahnhof Zoo de Uli Edel (1981)

Christiane a 13 ans. Sa soeur cadette part vivre avec son père, la laissant seule avec sa mère. Déçue par Klaus, la nouvel ami de sa mère, Christiane décide d’accompagner Kessie dans une discothèque branchée. La drogue est omniprésente dans ce nouveau milieu et la jeune fille va en découvrir la terrible réalité… Film tiré d’une histoire vraie.

Les ailes du désir de Win Wenders (1987)

À Berlin, avant la chute du mur, les anges Cassiel et Damiel veillent sur les humains et recueillent depuis des siècles leurs monologues intérieurs et tout ce qui chez eux traduit une quête de sens et de beauté. Ils ne voient le monde qu’en noir et blanc, et ne peuvent qu’assister aux événements, sans rien sentir, goûter, toucher. Ils ont vécu le commencement du monde, la naissance de la lumière, des rivières, des animaux. Quand le premier homme est apparu, ils ont découvert avec lui le rire, la parole, l’amour et la guerre. Damiel, qui a toujours ressenti le désir de porter à son tour la condition humaine, est si touché par Marion une trapéziste, si séduit par son âme et sa grâce qu’il décide finalement de devenir humain et, par conséquent, de renoncer à sa condition angélique, ce qui signifie devenir mortel.

Lola rennt de Tom Tykwer (1998)

Manni, le copain de Lola, doit remettre une grosse somme d’argent à un trafiquant de voitures. Lola, qui devait aller le chercher, s’est fait voler son scooter et n’a pu arriver à l’heure. Manni décide alors de prendre le métro pour ne pas arriver en retard. Mais il y oublie par mégarde le sac en plastique dans lequel se trouvent les 100 000 DM en liquide qui lui avaient été confiés. Il ne lui reste plus que vingt minutes avant qu’on vienne lui réclamer l’argent. Désespéré, il téléphone à Lola qui a exactement vingt minutes pour le tirer de ce mauvais pas. Elle sort de chez elle en courant, dans l’idée d’aller voir son père, banquier, qui pourrait peut-être l’aider…

Goodbye Lenin de Wolfgang Becker (2003)

Alex, un jeune Berlinois de l’Est, apprend la chute du mur alors que sa mère est dans le coma à la suite d’un infarctus. Celle-ci a toujours été quelqu’un d’actif, participant avec enthousiasme à l’animation d’une chorale. Les mois passent et le coma continue. La ville se transforme, les voitures occidentales sillonnent les rues, les publicités envahissent les murs. Au bout de huit mois, elle ouvre les yeux dans une ville qu’elle ne peut plus reconnaître. Alex veut absolument lui éviter un choc brutal que son coeur affaibli ne pourrait supporter. Profitant de son alitement, avec l’aide de sa famille et de ses amis, il reconstruit autour d’elle son univers familier, convoque les jeunes chanteurs de la chorale, sollicite l’aide d’un ancien cosmonaute, reconverti en chauffeur de taxi, et s’efforce de faire revivre la RDA dans les 79 m² de l’appartement, remis aux normes socialistes.

 

LA STASI

Posted in Histoire de Berlin by badoldways on 5 avril 2010

Normannenstrasse

La Stasi, ce simple mot évoque censure, arrestations, tortures, enlèvements, exactions, harcèlements et traque des dissidents. En Allemagne de l’est, le ministère de la sécurité nationale (Staatssicherheit) était bien plus qu’un service secret ; il constituait le pilier du régime communiste, comme l’illustre sa devise « Bouclier et Epée du Parti» ainsi qu’un organe de propagande.

Il constituait le service de police politique, de renseignements, d’espionnage, et de contre-espionnage. Il est devenu le symbole des abus et des injustices du régime communiste de la République Démocratique Allemande (RDA). Synonyme d’arbitraire et de terreur, ses agissements laissent de sinistres souvenirs aux habitants de l’ex-RDA, comme l’illustre par exemple le film « La Vie des Autres » qui reçut un Oscar en 2005. La Stasi fut créée le 8 février 1950, son premier directeur fut Wilhelm Zaisser, secondé par Erich Mielke qui dirigera lui-même l’organisation à partir de 1957 et restera à sa tête jusqu’en 1989.

Les deux lieux emblématiques que l’on peut aujourd’hui visiter et qui témoignent de la réalité du système policier communiste sont la Normannenstrasse (quartier général de la Stasi) et la prison de Hohenschönhausen. En janvier 1990 les citoyens de la RDA investirent les locaux de la Stasi et s’emparèrent des dossiers. Ce jour là scelle définitivement le destin de la RDA.

Linda Keddouh

HISTOIRE ET MEMOIRE

Posted in Histoire de Berlin by badoldways on 5 avril 2010

Le musée juif de Berlin est un musée retraçant 2000 ans d’histoire des Juifs en Allemagne. Première œuvre de l’architecte américain d’origine polonaise Daniel Libeskind, ce bâtiment construit entre 1993 et 1998 est surnommé le Blitz (l’éclair) par les Berlinois en raison de sa forme. Il a été inauguré en 2001.

Ce musée, intégré à celui de la ville de Berlin, propose de nombreux évènements tels que des concerts, des ateliers, des projections de films et des débats qui contribuent à en faire un lieu vivant. De plus il dispose d’une bibliothèque d’archives et d’un centre de recherche multimédia.

Le Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe, également appelé Mémorial de l’Holocauste (Holocaust-Mahnmal), est un monument situé au centre de Berlin, entre la porte de Brandebourg et la Potsdamer Platz, perpétuant le souvenir des victimes juives exterminées par les nazis au cours de la Shoah. Il a été conçu par l’architecte Peter Eisenman et l’ingénieur Buro Happold comme un « champ » de 19 000 m2, couvert de 2 711 stèles disposées en grille. Les stèles font 2,38 m de long, 0,95 m de large, et de 0,2 m à 4,8 m de haut. Elles sont censées produire une atmosphère de malaise et de confusion, représentant un système supposé ordonné qui a perdu le contact avec la raison humaine.
Sous ce champ de stèles, se trouve la « Place de l’Information » (allemand : Ort der Information), qui contient le nom de toutes les victimes juives recensées par le musée israélien Yad Vashem.
La construction du Mémorial a débuté le 1er avril 2003 et s’est achevée le 15 décembre 2004. Il a été inauguré le 10 mai 2005, et ouvert au public deux jours plus tard.

Laurianne Vannier

LES TRACES ARCHITECTURALES DU PASSE NAZI

Posted in Histoire de Berlin by badoldways on 5 avril 2010

Le Stade olympique de Berlin

Le Stade olympique Olympiastadion de Berlin est un stade omnisports situé dans le quartier de Westend, au cœur de l’arrondissement de Charlottenburg-Wilmersdorf.

Le stade a une capacité totale de 74 064 places, extensible à 74 228, et dispose de 76 suites de luxe ainsi que 4 226 sièges de classe affaires. Dans ce stade se joua notamment la finale de la coupe du monde 2006 entre la France et l’Italie.

Retour en arrière
En 1931, la ville de Berlin est désignée pour accueillir les jeux olympiques d’été de 1936. La tenue de ces jeux dans la capitale permet aux nazis, arrivés au pouvoir en 1933, d’utiliser le sport à des fins de propagande. De ces jeux nous retiendrons surtout le champion olympique noir américain Jesse Owens qui a gagné 4 médailles d’or. Hitler quittera les tribunes pour ne pas avoir à lui serrer la main.

Jesse Owens

Autres bâtiments datant de l’époque national-socialiste

Luftfahrtministerium

Le Luftfahrtministerium est un ministère créé par Adolf Hitler, confié à Hermann Göring, ministère consacré à la guerre et à l’aviation militaire. Hermann Göring sera le premier et le dernier ministre de l’Air.
Aujourd’hui le luftfahrtministerium situé sur la Wilhelmstrasse, abrite les bureaux du Ministère fédéral des Finances après avoir été la « Haus der Ministerien » du temps de la RDA.

La Reichsbank construite de 1934 à 1938 à laquelle est venu se rajouter un bâtiment moderne abrite de nos jours le ministère de finances.

Le ministère des affaires étrangères

Florian Mahé